AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Renkinjutsu vs Ninjutsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ewilan Finnigan
Sale Gosse
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 02/04/2014

MessageSujet: Renkinjutsu vs Ninjutsu    Lun 19 Oct - 23:22

- Alors Colonel. Pourquoi vous vouliez me voir ?

Edward Elric, surnommé Full Metal était en effet dans le bureau de son supérieur, le Flamme Alchemist Roy Mustang car il avait été convoqué pour une mission particulière, semblerait-il. Chose assez rare, le visage de Mustang était sérieux et alors qu'Edward allait lui balancer une pique, il se retint. Ce n'était pas dans les habitudes du Colonel d'agir de la sorte. Après quelques instants, Mustang décida de prendre la parole, dévoilant ainsi l'ordre de mission.

- Toujours aussi direct, gamin. Enfin, ce n'est pas grave. Si je t'ai convoqué ici, c'est pour te confier une mission de la plus haute importance.  Selon de nouvelles sources, il semblerait qu'il existe un continent par-delà les mers du Nord. J'ai besoin que tu ailles enquêter là-bas afin de voir ce qu'il en retourne. Tu seras accompagné d'une troupe de cinquante hommes, et épauler par l'Adjudant-Chef Fallman.  

Un nouveau continent ? Il était sérieux ? Sans doute, oui. L'aîné des frères Elric réfléchissait à ce que cela signifiait, surtout pour le plan politique. Bon sang, ça promettait d'être une vraie prise de tête tout ça. Enfin, peut-être qu'il y aurait des pistes concernant la Pierre Philosophale. Ça ne coûtait rien d'essayer après tout. Faisant un salut militaire, le jeune prodige de l'Alchimie répondit alors à son supérieur.

- Bien mon colonel !

Finissant par sortir de la pièce, il resta néanmoins quelques secondes au pas de la porte. En effet, Roy venait de prendre une dernière fois la parole, stipulant que cette mission était classée Secret Défense par le Généralissime Bradley. C'était logique. La découverte d'un continent n'était pas une chose à prendre à la légère, il fallait redoubler de prudence pour éviter que l'information ne filtre pour l'instant...
xxxxxxxxxxxxxxxx

Les préparatifs pour le voyage avaient été longues. En effet, il ne fallait pas prendre ce genre de choses à la légère et ce n'était pas le style d'Edward de partir comme ça sans réfléchir. Fort heureusement, le Colonel s'était montré patient et c'est après un mois que les deux frères purent partir avec le petit contingent. Entre-temps, les pêcheurs avaient eu l'occasion d'aller à Resembool. En effet, leur amie d'enfance Winry les avait appelés pour leur signaler qu'elle avait de nouvelles mécha-greffes pour Edward. Ces dernières étaient en fibres de carbone, autant dire quelles étaient bien plus résistantes. C'était parfait.

Le voyage en lui-même dura un peu plus de deux mois. En effet, il fallait tout d'abord traverser deux pays, dont l'un était en conflit avec Amestris depuis d nombreuses années. Puis une traversée en bateau avait été nécessaire. Autant dire que le voyage avait été très rude mais les deux frères pouvaient compter sur l'Adjudent-Chef Fallman afin de les épauler. Tant mieux. Honnêtement, plus ils approchaient de leur destination, plus Ed avait le trac. C'était après tout la première fois qu'on lui confiait une mission aussi importante et il ne comptait pas la rater. Après tout, il pouvait y avoir des informations sur la Pierre.

Une fois le pied-à-terre, celui qui s'était mis au service de l'État respira un bon coup. Il avait bien dormi cette nuit et était donc en pleine forme. Malheureusement, il faisait très froid, autant qu'à Briggs en fait. Autant dire que la météo pouvait se révéler capricieuse et ça n'augurait rien de bon. Heureusement, ses mécha-greffes étaient conçues pour résister à de fortes baisses de températures, tant mieux.

Le déchargement se fit sans trop de problèmes et rapidement, Fallman prit la directive des opérations, afin d'aller voir un responsable en ville. En effet, Edward l'estimait plus que capable de s'occuper de ça tandis qu'il irait explorer discrètement les environs. Malheureusement, Alphonse ne pouvait pas l'accompagner car avec son corps d'armure géante on ne pouvait pas dire qu'il était très... discret. Enfin, au moins les habitants de ce continent parlaient la même langue que les Amestriens. C'était déjà ça...

Au bout d'une heure ou deux, le Full Metal arriva dans une sorte de plaine désertique. Cette dernière était faite de glace, mais il y avait aussi quelques rochers ici et là, ainsi qu'un grand lac non loin. De plus, il y avait aussi quelques arbres, sans doute le commencement d'une forêt, pas très loin au Nord. Décidant de faire une pause, Edward se laissa tomber sur un rocher, tandis qu'il écrivait ses découvertes sur un carnet. C'était très important et ça serait utile, quand il retournerait au pays.

Au bout de quelques minutes, tandis qu'il était plongé dans d'intenses réflexions, il fit par en être tiré à cause d'un étrange événement. Alors qu'il était seul, quelqu'un apparu directement sur un rocher, non loin de là où il se tenait. Très étrange car Edward n'avait pas vraiment vu ce bonhomme arriver. Quelle genre de magouille avait-il utiliser ? En tout cas, il semblait être du coin car il était torse-nui et tirait la tronche. Que faisait-il ici ?

Edward se félicita d'avoir son large manteau rouge, dans tous les cas. En effet, il sentait que ce type n'était pas vraiment amical et cacher sa mécha-greffe était la moindre des choses. Si ça partait en baston, il pourrait utiliser l'effet de surprise. Finalement, c'est après quelques instants que Edward rangea son carnet et se leva, faisant face à l'inconnu.


- Et bah dis donc, il fait pas très chaud dans vot' bled dites-moi.Je 'appelle Edward Elric, et je viens par-delà l'océan. Et vous ?

Parlant sans sourciller, il observait d'un peu plus près le physique de son interlocuteur : plus grand et musclé que lui, il avait des cheveux blancs et des yeux très bizarres : l'un était rouge et l'autre bleu. il espérait ainsi se faire un avis sur son interlocuteur et glaner quelques renseignements. Était-il au courant pour Amestris ? Sans doute pas, mais ça ne changeait pas grand-chose vu que bientôt, les informations filtreraient sur l'existence du pays de l'Alchimie. D'ailleurs, Edward était assez surpris, car il n'avait encore vu personne l'utiliser sur le chemin. Très étrange...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukihime Aëgis
Lead Impitoyable et Tyrannique
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Renkinjutsu vs Ninjutsu    Jeu 22 Oct - 8:06

"Tu connais la technique du yaourt ? Simple, tu scelles une lame de vent dans un pot de yaourt vide, et tu balances le pot à la gueule de ton ennemi. Effet garanti ! Fonctionne aussi avec des Katon !"
"Sensei, et si l'ennemi il ouvre pas le pot ?"
"Traite-le d'anticonformiste."

-Yamato Asran à ses élèves.

----------------------Yamato Asran----------------------

Ce matin encore, lorsqu'Asran ouvrit les rideaux, le temps était typique de la région. Autrement dit, il flottait. Une météo qui déprimait beaucoup de gens, mais Asran y était habitué depuis bien avant d'arriver à Yuugiri : on bon ex-ninja de Tatsumaki, village posé en pleine chaîne de montagne, la météo capricieuse était un élément basique de sa vie quotidienne.

C'est donc avait une grande inspiration que le jounin ouvrit la fenêtre, laissant entrer une bouffée d'air frais dans la chambre. Il se recula ensuite de quelques pas, prit quelques mesure au jugé, mesura son élan, l'angle à prendre, la distance, la force, avec l'assurance née de l'habitude. Puis il s'élança. Un pas, deux pas, son pied gauche s'ancra dans le sol, le droit partit, décrivit une courbe parfaite, sifflant dans l'air. Puis vint l'impact, lorsque le pied nu frappa sans vergogne le postérieur... d'un pingouin. Tranquillement posé dans un coin du lit pour ce qui semblait être une petite sieste matinale, le paisible animal fut proprement propulsé avec la puissance d'un boulet de canon et fut éjecté par la fenêtre dans une parabole presque parfaite. Un "Piaaaaaaaaaak !" désespéré se fit entendre, s'estompant vite avec la distance.

- Putains de squatteurs, ronchonna le jounin, en refermant la fenêtre avec un claquement sec.

Puis, il inspecta le fermoir, cherchant la faille dans le système de fermeture que l'animal-ninja avait du utiliser pour s'introduire dans sa piaule. Bien entendu, il ne trouva rien. Comme d'habitude.

Fort heureusement, ce pingouin-ci s'était contenté de squatté le lit, et n'avait pas touché au frigo. Ou alors, le nouveau verrou qu'Asran y avait ajouté tenait bel et bien la route, car il n'avait été dévalisé par aucune bestiole depuis près d'une semaine ! Assez content de lui tout comptes faits, le shinobi se fit un petit déjeuné royal, en songeant à ce qu'il allait bien pouvoir faire de sa journée. Depuis que le Taiyukage Keichi était parti régler des trucs avec le Daimyō du pays, et qu'il avait nommé sa soeur Lin allias Namida, chef de l'Anbu, pour le remplacer en son absence, Asran avait généralement trois options pour sa journée : 1/ aller faire le boulot de Namida à sa place, vu que Keichi l'avait nommé pour la seconder et qu'elle en branlait pas une, 2/ trouver une excuse quelconque pour éviter le Dôme du Kage, forçant la rouquine à bosser, et 3/ partir en mission. Honnêtement, vu la dernière mission que Namida lui avait filé, il préférait autant pas repartir si c'était pour se retaper du rang S. Manquer de crever 12 fois par minutes, ça allait bien une fois par semaine, pas deux. Même si il devait bien admettre commencer à prendre l'enquête Fujimoto comme une affaire personnelle...

Son dilemme fut subitement interrompu par un "toc toc toc toc" insistant à sa fenêtre, où un pingouin ninja frappait du bec pour qu'Asran lui ouvre. Tenté au premier abord de lui balancé une tasse ou une assiète, le jounin reconnu cependant rapidement la cicatrice blanchâtre au-dessus de son oeil gauche. Totsugeki, depuis que Penpen avait quitté le village avec Keichi, était plus ou moins devenu le chef de remplacement des pingouins les plus vicelards de Yuugiri, et c'était lui que lui envoyait Namida lorsqu'elle avait des messages à lui faire passer. Poussant un soupir à fendre l'âme, mais en même temps intrigué, Asran se leva et ouvrit d'un geste à l'animal.

- Piak piaaaaaak ! PIAK ! ordonna-t-il impérieusement, en tendant d'une palme un rouleau de parchemin.

Ignorant l'attitude condescendante du volatile - il était encore à des années-lumière de Penpen à ce sujet -, le jounin s'empara du rouleau, referma fermement la fenêtre au nez du piaf. Il y eut force protestations indignées de l'autre côté du verre, auxquelles Asran fut sourd, déjà plongé qu'il était dans sa lecture. Comme prévu, le message était de Namida, et il était grave. Concrètement, Asran repartait en mission de toute urgence, avec un joli "A Rank" tamponné en haut du document. Une troupe d'étrangers forte de de plusieurs escouades avait passé toutes les défenses côtières comme sortie de nulle part, et avait posé l'ancre à quelques heures à l'Ouest de Yuugiri. Considérant la discrétion employée par ces étrangers, il s'agissait probablement d'un acte hostile, sans compter que les premiers rapports se trouvaient incapable de statuer sur leur affiliation. Leur équipement semblait également de facture inconnue. Namida elle-même ayant reçu d'autres informations sur un sujet différent, mais également de prime importance - une petite note rajoutée à la main mentionnait qu'elle avait une piste sur Bansai et partait donc elle-même à la suite du samourai renégat -, la direction d'une troupe de contre-avancée d'urgence était laissée à la responsabilité d'Asran en tant que second du Kage temporaire. Les ordres étaient simples : stopper l'avancée des envahisseurs, confirmer leurs intention, et en cas d'engagement hostile, tester leur degré de menace. Dans le cas où celui-ci serait trop élevé pour l'équipe d'Asran, l'ordre était de battre en retraite et de préparer une défense adaptée avec l'appuis de l'Anbu.

Asran fit la grimace. Après les deux attaques majeures qu'avaient essuyé Yuugiri ces derniers temps, il aurait préféré écraser une attaque de cette échelle avec une force de frappe majeure. Mais l'inconnu au regard de leur équipement ou de leur provenance appelait nécessairement à la prudence, et il aurait été stupide de ne pas le reconnaître.

Asran rouvrit brutalement la fenêtre, alors que Totsugeki s'apprêtait à partir, et le choppa par le col pour le retenir. De l'autre main, il griffonna quelques mots en plus en bas du message, et le tendit à l'animal.

- Ok, big guy, message simple : tu vas chercher une dizaine de jounin dans le top du classement et tu leur montre ça, rdv au dôme dans 5 minutes, je donne le brief, dans 15 minutes on est partis. Si tu poses pas de question ni de problème, et que tout le monde est à l'heure, j'te lâcherai un des harengs que je réserve habituellement à Penpen. Capté ?

Si le bestiau lui rendit au premier abord un regard haineux - un simple humain qui l'attrapait de la sorte ? -, la proposition du jounin fit changer brutalement son expression. En même temps, les harengs qu'Asran réussissait à trouver pour ses deals avec Penpen étaient devenus une légende dans la pègre pingouine locale. La seconde d'après, le piaf avait déjà disparu. Peuh, même pas de négociation, trop facile. Même la petite Tikal, la pingouine de Mistic, était plus dure à la négoce. Et ça voulait prendre la relève de Penpen... Bref.

En une minute, le jounin fut prêt, une veste sans manche sur le dos, un baggy tout con sur le cul, les pieds dans des sandales, et sa ceinture - sans doute le seul équipement un tant soit peu professionnel du tas - harnachée à sa hanche, portant toute sorte de pochettes et, dans le dos, "Muzai", son wakizashi. La fraîcheur le frappa comme un mur, lorsqu'il s'élança à l’extérieur, mais il serra les dents, et quelques secondes plus tard, son corps était réglé : il fusa vers le Dôme du Kage. Le briefing fur court en concis, tout juste de quoi se mettre d'accord avec son équipe sur la marche à suivre, sur l'arbre des possibles et sur les protocoles associés. Il connaissait peu certains des jounins présents, mais tous étaient expérimentés et compétents, tout alla donc très vite. Asran aurait songé que certains auraient du mal à se plier à son autorité, car il n'était après tout un ninja de Yuugiri que depuis un an tout au plus, et surtout, il était techniquement un Nukenin, et peu de villages détestaient les Nukenin plus que Yuugiri. Mais le sujet était grave, il n'y eut donc pas d'histoire. Par ailleurs, la confiance des ninja du village en leur jeune Kage était trop grande pour qu'ils remettent en question une décision prise par celle qu'il avait nommé comme remplaçante et dépositaire de son autorité. Comme le disait souvent Keichi, "l'Océan est constitué de milliers de petites gouttes, et toutes ensembles rien ne peut les arrêter". Il fallait croire qu'Asran commençait à être accepté en tant que l'une de ces gouttes qui formaient Yuugiri. Au final, moins d'un quart d'heure au total après avoir reçu la lettre de Namida, Asran et deux escouades de jounin yuugiriens fusaient à toute allure au-dessus des murailles du village.


-----------------------------------------------------------------


Asran ne comprenait pas.

Il y avait à peu près un quart d'heure, il avait laissé ses hommes en observation non loin du campement que les étrangers avaient commencé à bâtir sur la rive. Pour l'heure, analyser les forces adverses était le plus primordial, aussi le jounin était-il parti seul pour filer l'étranger solitaire qui avait semblé de prime abord partir en reconnaissance. Mais après un quart d'heure à le suivre, Asran n'était plus très sur de piger pourquoi ce gringalet blond était parti dans son coin, en direction de Yuugiri qui se dessinait au loin. Un éclaireur avait toujours une certaine attitude, un comportement, une manière de progresser logique et étudiée, quel que soit le corps d'armée. Mais le blond, là, on aurait dit un touriste paumé. Manteau rouge sur fond blanc, toute la discrétion et la subtilité d'un feu de joie au milieu d'une plaine par nuit sans lune. Pour s'annoncer, ça il savait faire, c'était l'extrême opposé de la discrétion dont sa troupe avait du faire preuve pour passer les périmètres défensifs de l'île. Mais d'un autre côté, même si l'option la plus viable alors était qu'il s'agissait d'un envoyé diplomatique, pourquoi 1/ envoyer un gosse pas bien haut, 2/ ne pas envoyer au moins une escorte, alors qu'ils avaient débarqué avec un putain de demi-bataillon clairement militaire ? Et quitte à venir en diplomates, pourquoi avoir accosté dans cette petite crique discrète paumée dans la pampa, au lieu de demander à mouiller à quai sur les docks de Yuugiri, la plus grande cité portuaire de l'archipel ? Y avait un truc pas net.

De fait, Asran décida qu'il était temps de bouger et de prendre la température. Et de chopper une tête isolée si on en venait là. [Action cachée]. Il sauta donc de son couvert - un des gros rochers qui servaient de décors principal à ce côté de la banquise -, et zigzagua allègrement pour se rapprocher rapidement du type en rouge. Et une fois qu'il fut assez près pour causer sans avoir à trop hausser la voix - et surtout, à portée prudente d'engagement -, il sauta en haut d'un rocher proche, en vue du blondinet, de façon à être sur d'être vu. Et il ne dit pas un mot, les mains dans les poches et le regard neutre. Le gars devait avoir dans les seize ans, dans ces eaux-là. Pas vraiment une raison de ne pas se méfier, Asran enchaînait déjà les missions de rang A à cet âge... Echange de regard. Ca dura plusieurs secondes, #AmbianceLourde, mais finalement, le blond prit la parole.

- Et bah dis donc, il fait pas très chaud dans vot' bled dites-moi.Je m'appelle Edward Elric, et je viens par-delà l'océan. Et vous ?

Wow, l'air faussement détendu le plus ouf du monde. Il avait vraiment tenté de briser la glace en causant météo ? "Il fait pas très chaud chez vous", ah oui, ça c'est sur que ça jette un froid.

... Pas très chaud. Jeter un froid. Allez, quoi, elle était marrante, nan ?

- Bah moi, je viens pas d'au-delà de l'océan, répondit finalement Asran d'une voix neutre, pour moitié tenté de rire à sa propre blague mentale, pour moitié tendu et sur ses gardes. Je suis Yamato Asran, Jounin du village caché de Yuugiri, et je suis là pour que vous ne fassiez pas un pas de plus en direction de mon "bled". Ou de n'importe quel autre endroit appartenant au Pays des Vagues, d'ailleurs. On est pas trop ouverts aux étrangers, en ce moment, surtout quand ils se pointent en traîtres sur nos côtes avec des troupes militarisées. Vous avez donc deux options très simples...

D'un geste, un shuriken siffla dans l'air, non dirigé vers le dénommé Edward - tu parles d'un nom bizarre - mais destiné à se planter quelques centimètres devant les bottes du blond.

- Option 1, tu repars avec tes copains, et vous quittez nos eaux territoriales dans l'heure. Là on pourra peut-être causer entre gens civilisés. Option 2, vous faites n'importe quoi d'autre, genre être encore là dans une heure, ou pire, genre passer ce shuriken, et ce soir je bouffe du rôti de nabot blondinet. A toi de voir.

Il avait gardé son ton neutre, mais tout son sérieux était dans ses yeux. Et dans le kunai qui pendouillait avec un air faussement tranquille à un doigt négligemment sorti de sa poche. Il avait plutôt intérêt à choisir la bonne réponse, Asran était pas d'humeur à taper la discut' avec des gens visiblement aussi portés sur la délicatesse diplomatique que les tarés de Den'kou. Et en ce moment, il avait passablement les nerfs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nanoha-chronicles.forumactif.com
Ewilan Finnigan
Sale Gosse
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 02/04/2014

MessageSujet: Re: Renkinjutsu vs Ninjutsu    Jeu 22 Oct - 13:37

Bon, ok Edward. Le mec de toi semblait pas très content de ta présence ici. Fallait la jouer fine alors. Bon, pas très étonnant en même temps, vu que l'alchimiste avait pas fait preuve d'une grande diplomatie jusque-là. Mais bon, le blond espérait établir un contact avec cet homme aux vêtements lui rappelant un peu ceux des gens de Xing sans que ça ne se termine en effusion de sang. Finalement, c'est après quelques instants que l'homme avec les cheveux blancs prit la parole.

- Bah moi, je viens pas d'au-delà de l'océan. Je suis Yamato Asran, Jounin du village caché de Yuugiri, et je suis là pour que vous ne fassiez pas un pas de plus en direction de mon "bled". Ou de n'importe quel autre endroit appartenant au Pays des Vagues, d'ailleurs. On est pas trop ouverts aux étrangers, en ce moment, surtout quand ils se pointent en traîtres sur nos côtes avec des troupes militarisées. Vous avez donc deux options très simples...

Et aller mon p'tit gars. On y était enfin, c'était l'heure du gentil flic et du méchant flic. Qu'est-ce qu'il allait dire pour essayer d'intimider Ed ? Lui dire de dégager sous peine de perdre un membre ou deux ? Désolé il avait déjà donné de ce côté-là. Il pouvait aussi le menacer de mort mais Ed n'était pas plus inquiet que ça. Après tout, il avait pété le cul à des trucs plus dangereux que ce bonhomme, genre des Homonculus à tout hasard. Enfin, fallait pas se fier aux apparences et le blondinet ne le savait que trop bien. Baillant d'ennui, il écoutait néanmoins attentivement les paroles de cet Asran. En tout cas, il prit note de la situation dans laquelle était apparemment ce Pays des Vagues. Toujours bon à savoir.

- Option 1, tu repars avec tes copains, et vous quittez nos eaux territoriales dans l'heure. Là on pourra peut-être causer entre gens civilisés. Option 2, vous faites n'importe quoi d'autre, genre être encore là dans une heure, ou pire, genre passer ce shuriken, et ce soir je bouffe du rôti de nabot blondinet. A toi de voir.

Okay Scherlock. Là l'attitude d'Ed était clairement moins amicale à l'entente du mot nabot. On voyait clairement sur son visage que la seule chose qu'il voulait faire à cet instant, c'était de le désosser. Mais non, il devait se contenir. Après tout il voulait pas avoir d'emmerdes avec le Colonel qui aurait pas manqué cette occasion pour encore faire le malin. Se calmer. Utiliser les méthodes de respiration que Izumi Curti, son maître lui avait enseignées pour se calmer. Voilà, comme ça.

Après quelques instants, le blond finit par regarder de nouveau celui qui se donnait le titre de jounin. C'était quoi ça ? Vu la dégaine qu'il avait et qui semblait très similaire à celle des habitants de Xing; c'était peut-être un ninja ? Bon sang, ça promettait de belles choses si c'était bien le cas.


- Désolé mon gars mais la méthode du bon et du mauvais flic, ça prend pas avec moi. En tant qu'Alchimiste d'État à la botte de l'armée, j'ai des ordres... même si entre nous, ça me fait prodigieusement chier. J'dois poser des bases diplomatiques entre nos deux pays. J'te montrerais bien mon ordre de mission mais mon frangin s'en occupe déjà avec un des gradés qui nous accompagnent.

Décidant de s'étirer un peu les muscles, il sentait que ça allait pas le faire. Autant ne pas avoir l'air con avec ses muscles engourdis. En tout cas, ses mécha-greffes résistaient parfaitement au froid mordant dont était assailli Ed. Après quelques instants, laissant l'information aller jusqu'au cerveau de cet Asran, il reprit la parole.


Et puis entre nous, si on avait des intentions hostiles, je t'assure qu'il resterait rien de la bourgade dans laquelle on a accosté vu tous les moyens qu'on a à notre disposition. Voilà donc ma contre-proposition. Première option : tu nous laisses tranquilles le temps qu'on essaye de voir pour une alliance entre le Pays des Vagues et Amestris, tu peux même m'accompagner histoire de faciliter les choses. Soit je vais devoir régler ça à la manière Elric mais ça me les briseraient de taper sur un type qui frime avec son tantô et ses cheveux blancs alors que c'est qu'une ersatz des habitants de Xing.

La mine d'Edward était désormais bien plus sombre qu'auparavant. Après tout il n'était pas idiot et se doutait bien que ce mec allait pas forcément apprécier sa contre-proposition. Enfin il avait fait son boulot en tentant la voie diplomatique; si ça ne marchait pas et bien... let's rock, baby !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukihime Aëgis
Lead Impitoyable et Tyrannique
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Renkinjutsu vs Ninjutsu    Mar 27 Oct - 7:51

"Ce n'est pas moi qui ai déserté mon village. C'est mon village qui m'a trahi, et je n'ai aucune loyauté envers les traîtres. Je n'ai aucune raison de retourner à Tatsumaki. Je n'y ai aucune famille, et le seul lien que j'avais avec ce village se trouve à présent dans une tombe, dans VOTRE cimetière. La seule raison de vivre de Yamato Asran repose à jamais dans la terre de Yuugiri, tout ce que je pourrais encore accomplir se résume désormais à défendre cette terre. Etre un shinobi de Yuugiri n'est-elle pas la façon la plus logique de m'y prendre ?"

- Yamato Asran à Ayzami Keichi, Taiyoukage.


---------------------------------------------------------------

Et bah putain, le moins qu'on puisse dire, c'était que ce type ne manquait pas de culot. Alors qu'Asran lui faisait son petit speech, histoire de lui expliquer les options qui s'offraient à lui et ses petits copains, le blondinet s'autorisa carrément un bâillement pour bien montrer à quel point il s'en branlait. Y a pas à dire, il était sacrément couillu.

Ou alors extrêmement con.

Bizarrement, son attitude changea brutalement lorsqu'Asran exprima sa façon de penser un poil plus personnelle sur la fin. Brutalement, genre, comme si tout son flegme s'était fait subitement botter le cul par une envie folle de faire un ravalement de façade au jounin. Et que ça respire bien fort, régulièrement, dans un exercice vaguement décent de zen. Brave bête, ses efforts pour rester à peu près pro arrachèrent même un sourire indulgent au shinobi. Restait juste un petit doute sur la gâchette exacte, "nabot" ou "blondinet" ?

- Désolé mon gars mais la méthode du bon et du mauvais flic, ça prend pas avec moi. En tant qu'Alchimiste d'État à la botte de l'armée, j'ai des ordres... même si entre nous, ça me fait prodigieusement chier. J'dois poser des bases diplomatiques entre nos deux pays. J'te montrerais bien mon ordre de mission mais mon frangin s'en occupe déjà avec un des gradés qui nous accompagnent.

Le bon ou le mauvais flic ? Oula, mais il avait pas tout compris, lui... Et c'était "ça" qui devait poser des "bases diplomatiques" ? Soit il se foutait royalement de sa gueule, soit il était vraiment au niveau cognitif d'une huître malade. Dans un cas comme dans l'autre, c'était une mauvaise idée. Et le gosse, de commencer des échauffements, comme si quelque part il avait parfaitement conscience de dire de la merde et des mésaventures que ça allait lui coûter... Marrant.

Et puis vint le blabla sur l'état dans lequel pourrait être le bourg où ils avaient accosté, et la CONTRE-PROPOSITION ! Nom d'un Karn, ça c'était puissant ! Le nombre de trucs hallucinants dans cette tirade sortie des limbes fit écarquiller les yeux aux jounin... qui éclata finalement de rire. Pour de vrai. Même pas surfait. 100% authentique. [Action cachée].

Il lui fallu vingt bonnes secondes pour réussir à récupérer un contrôle sur ses poumons suffisant pour commencer à réprimer son fou-rire, et dix de plus pour réussir à en placer une.

- Ah, désolé, c'était pas pour me foutre de toi... *souffle*... Bon, si, un peu, en fait, mais bon... *souffle*... C'est juste que, des comme ça, on m'en a pas fait souvent, alors... Hufff...

Et on inspire, hhhhhhnnnn, on expire, pfffffffff, voiiilà, mieux. Pour parler, avoir du souffle, c'est mieux. Essuyant d'un revers de la main une larme de rire qui perlait à son œil intact, Asran se releva et, reprenant laborieusement un air sérieux, il répondit finalement.

- Bon, on va pas y passer dix ans, alors trois choses. Un : vu qu'on a passé des heures à vous observer sans qu'un seul de toi et tes cinquante péons ne capte quoi que ce soit, je dirai qu'il ne resterait pas grand chose des "moyens à votre disposition" si vous aviez remué un seul doigt un peu trop fort. Deux : si tu voulais vraiment poser des bases diplomatiques, t'aurais écouté quand je t'ai donné le début de la procédure. Et finalement trois : jouer au flic, c'est bon pour les minettes de l'armée. Ce que je t'ai donné était un choix impératif et pas une petite sommation pour pucelle. Et donc, faire une contre-proposition revient à choisir ma deuxième option : n'importe quoi d'autre que la première...

Il porta ensuite deux doigts à la gorge, activant d'un geste caractéristique la radio qui entourait sa nuque.

- Escouades une et deux pour Capitaine, passez en Code Rouge. Carte blanche pour passer en Code Vermillon si besoin. Bien, quant à nous, ajouta-t-il en relâchant sa radio et en faisant retomber son regard comme un couperet sur le blond, à toi de décider entre gagner un séjour tous loisirs dans les geôles de Yuugiri, ou une croisière spéciale côté cimetière, avec abonnement "à vie"... T'as dix secondes, et ce sera le dernier choix que j'te laisserai.

Et d'un geste vif, doté de la fluidité née de l'habitude, il lança en l'air une volée de kunais presque à la verticale, dans une cloche haute destinée à retomber après quelques secondes sur "l'Alchimiste d'Etat".

- Tic, tac, choisis vite, petit gars.


Dernière édition par Fuyutsuki Sakuya le Mar 27 Oct - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nanoha-chronicles.forumactif.com
Ewilan Finnigan
Sale Gosse
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 02/04/2014

MessageSujet: Re: Renkinjutsu vs Ninjutsu    Mar 27 Oct - 13:12

Et v'la t'y pas que l'albinos se pétait de rire. Enfin, Ed relativisa car c'était assez visible que c'était un rire sincère, sans vraiment d'arrières-pensées. Intérieurement, le Full Metal espérait qu'ils trouvent une solution diplomatique à tout ça, mais bon, il y croyait moyen. Après tout le mec en face de lui avait pas l'air d'être le dernier des péons et devait connaître très bien son boulot. Raclure. C'est au bout d'une vingtaine de secondes que le dénommé Asran finit par se calmer et reprit difficilement une face sérieuse, parlant sur un ton très professionnel.

- Bon, on va pas y passer dix ans, alors trois choses. Un : vu qu'on a passé des heures à vous observer sans qu'un seul de toi et tes cinquante péons ne capte quoi que ce soit, je dirai qu'il ne resterait pas grand chose des "moyens à votre disposition" si vous aviez remué un seul doigt un peu trop fort. Deux : si tu voulais vraiment poser des bases diplomatiques, t'aurais écouté quand je t'ai donné le début de la procédure. Et finalement trois : jouer au flic, c'est bon pour les minettes de l'armée. Ce que je t'ai donné était un choix impératif et pas une petite sommation pour pucelle. Et donc, faire une contre-proposition revient à choisir ma deuxième option : n'importe quoi d'autre que la première...

Mais c'était vraiment un glandu ce gars. Edward soupirait d'exaspération, bon dieu c'est quoi qu'il comprenait pas dans la phrase "J'ai des ordres."... Tocard. En tout cas, le ton qu'il prenait désormais était bien plus hostile qu'auparavant et et Edward, même s'il avait une attitude détachée était prêt à bondir dans la direction opposée, afin de s'accorder une marge de manœuvre confortable. Mais bon, tant qu'il était pas sûr à 100 % des intentions d'Asran, il n'attaquerait pas.

- Escouades une et deux pour Capitaine, passez en Code Rouge. Carte blanche pour passer en Code Vermillon si besoin. Bien, quant à nous, à toi de décider entre gagner un séjour tous loisirs dans les geôles de Yuugiri, ou une croisière spéciale côté cimetière, avec abonnement "à vie"... T'as dix secondes, et ce sera le dernier choix que j'te laisserai.

Code Rouge ? Ok, ça ça puait juste la merde à tous les niveaux. Déjà, le cerveau d'Edward tournait à toute vitesse afin de trouver une solution. Il devait contacter son frère, mais comment ? Il avait bien une idée mais il fallait une petite distraction. Finalement, son antagoniste du moment envoya quelques kunais dans sa direction avec une trajectoire de cloche. Néanmoins, ce n'est pas ça qui attira l'attention du blondinet mais plus ce que son désormais adversaire dit à ce moment.

- Tic, tac, choisis vite, petit gars.


Là c'en était trop pour Edward. Il fulminait désormais et ça se voyait. En effet, il ne faisait plus d'efforts pour se contenir.

- Petit gars, petit gars, non mais tu t'fois d'ma gueule toi ! Attends un peu, j'vais te désosser !

Au moins, c'était on ne peut plus clair. En effet, avec ses gestes excessivement tapageurs et la façon dont il hurlait, son interlocuteur ne pourrait que comprendre là où ça allait les mener. Puis, après quelques instants et quelques pas en arrière, il lui fit un grand-sourire malicieux.

- Comme si ça allait marcher !

Clac ! Claquement sec des paumes l'une contre l'autre et pose de ces dernières sur le sol neigeux où il étaient. Instantanément, un éclair de lumière fit son apparition mais laissa bien vite place à un épais brouillard cachant la vue des deux adversaires. Il faut dire que sur ce coup, Edward avait mis la dose, il ne voyait pas à plus de trois pas. Mais tant mieux, ça serait parfait. [Action Cachée].

Rapidement, tant que le brouillard était encore effectif, Edward sortit une oreillette de sa poche et se la colla à l'oreille droite. Il s'avait qu'en parlant il se ferait rapidement repérer, mais il n'en avait cure.

- Frangin, c'est moi. Code Dragon Exagramme. Et grouille toi de te ramener, les négociations sont musclées de mon côté !

Code Dragon Exagramme. Le Dragon dans un Exagramme était le symbole qu'il y avait su les montres d'Alchimistes d'États. Car oui, il y avait une raison à tout cela. Il y avait une raison quant au fait de n'avoir que cinquante soldats avec eux et pas plus. Après tout, il n'avait jamais été indiquer, que ce soit dans l'ordre de mission ou dans ses paroles qu'il était le seul chien de l'armée présent. Enfin, ça devait être à l'origine le cas mais Mustang était très soucieux des détails et avait fait en sorte que dans le lot des soldats choisis, il y avait un autre Alchimiste d'État, sous la couverture de simple militaire. Et Edward se doutait que les potes d'Asran apprécient moyennement l'alchimie artistique du Commandant Armstrong...

Que faire maintenant ? Il était sans doute repéré désormais et le type en face de lui était beaucoup plus discret. Dans ce cas... [Action Cachée]

- Approche mon gars ! Me dit pas que t'as peur ! Allez, viens par là que j'te botte le cul. Les échanges de politesses c'est terminé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Renkinjutsu vs Ninjutsu    

Revenir en haut Aller en bas
 
Renkinjutsu vs Ninjutsu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fan-Fiction] Le Ninjutsu de Toa Kongu.
» [VEGA]
» Test GameGear : Shinobi
» OTAKU'S TAVERN V2
» [RAVEN]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Nanoha Chronicles :: Fate :: Fate 2nd Requiem Arena-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: