AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Clash of the Lieges ~ The Heir of the Dark Moon and the God's Maiden !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ewilan Finnigan
Sale Gosse
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 02/04/2014

MessageSujet: Clash of the Lieges ~ The Heir of the Dark Moon and the God's Maiden !   Lun 6 Avr - 17:35


Monde Spirituel

La Sainte marchait paisiblement entre les allées fleuries du Monde Spirituel. Fermant les yeux, elle était pensive des visions qu'elle avait eu la veille. En effet, en tant que Gardienne de l'Équilibre, Maria s'était vue octroyer un certain pouvoir de prémonition par Dieu. Plus fidèle servante de l'Être Supérieur, elle se dirigeait donc vers le Jardin d'Éden afin de rencontrer le Créateur. C'était déjà la quatrième fois qu'elle avait eut une vision et savait parfaitement ce qui allait suivre. Elle devrait prendre les armes afin de bannir une créature du mal. La dernière fois, c'était il y avait déjà plus de deux-cent ans. Un esprit malin avait ressuscité un terrible Démon du Monde Matériel du nom de Yamata-no-Orochi. La créature avait déjà été vaincue une fois par un mortel. Mais cette fois-ci, Dieu avait exiger que Maria s'en occupe elle-même.

Quelle tristesse, elle qui détestait se battre, préférant la voie de la diplomatie. Mais elle n'avait pas le choix. En tant que Gardienne, c'était son rôle, à plus forte raison quand il s'agissait de la Paladin, la Championne de Dieu. Ses cheveux blancs volaient au gré du vent tandis qu'elle arrivait au lieu-dit. Et il était là, dans une forme ressemblant vaguement à celle d'un humain et purement spirituel, diffusant dans le jardin sa lumière bienfaitrice. Il semblait contempler pensivement l'Arbre du Bien et du Mal. Ce même arbre qu'Eve et Adam avaient souillés, voilà bien des années.

Alors que la Sainte s'inclinait respectueusement devant son Dieu, ce dernier ne daigna même pas tourner la tête. Il prononça simplement quelques mots à Maria.

- Paladin Maria, Gardienne de l'Équilibre... Je ressens des ondes négatives dans le Monde Matériel. Mais c'est étrange, je ne comprends pas la nature de ces dernières. Va enquêter et si danger il y à... élimine-le.

Le Divin s'était exprimé d'une voix à la fois claire, apaisante mais déterminée. C'était une voix divine qui ne souffrait d'aucune comparaison possible. La voix d'un Dieu.

- Oui, Père...

Tout était dit. Il n'y avait plus un mot à prononcer. Elle avait beau être la personne en laquelle Dieu avait le plus confiance, elle n'en restait pas moins son serviteur. Ainsi, même si elle était née de lui, ça ne changeait rien. Elle était le bras armé de la Justice Divine. Un bras qui allait bientôt faucher la vie des Pêcheurs...

La Sainte, dans sa chambre du Palais Spirituel terminait ses préparatifs. Elle n'était pas inquiète mais n'avait pas oublié que même son Père n'avait pas comprit qu'elle était exactement la nature de ces ondes négatives. Prudence donc. Alors qu'elle était prête, elle convoqua néanmoins un Page. Un Être Spirituel de basse catégorie afin de lui transmettre un message. Après tout, même si c'était le Royaume du Divin, moult esprits y vivaient et il y avait une administration digne de ce nom, tenue par des Anges. La lettre scellée qu'elle lui confia était une demande d'autorisation, afin d'utiliser ses techniques Arcanes si le besoin s'en faisait sentir. Sa puissance était trop grande pour qu'elle puisse les utiliser comme elle le souhaitait, il fallait donc une autorisation spéciale pour briser le scellé.

Puis, désormais prête à partir, ses cheveux blancs volant allègrement selon les envies du vent, elle se prépara à passer la Porte qui reliait ce monde au Monde Matériel. Après une bref inspiration, la Sainte s'engouffra toute entière dans la lumière qui signalait le passage entre les deux mondes. La Paladin Maria était prête au combat.

Monde Matériel

Ouvrant les yeux après quelques instants, Maria prit connaissance de son environnement après être sortie de la Porte. Une grande clairière balayée par une brise légère. Il y avait également une rivière d'où s'écoulait l'eau mais également une forêt, non-loin d'ici. Ses arbres étaient démesurément hauts et semblaient âgés de plusieurs siècles. Des arbres typiquement européens.

Balayant la plaine de son regard violacé glaciale, il n'y avait pas mouvement. Pourtant, elle le sentait dans son corps et dans son être : cet endroit puait le mal. Si l'Être Maléfique n'était pas encore arriver, cela ne saurait tarder. Et en effet, après quelques minutes à se tenir immobile, les yeux fermés, la Maiden entendit des pas se rapprocher d'elle. Une femme tenant entre ses mains une arme typiquement japonaise ; un katana. Bien qu'elle ne pouvait être totalement sûre d'elle, l'intruse n'étant pas hostile elle sentait clairement le mal pulser d'elle. Ce devait être elle.

Ne lui accordant pour l'instant pas plus d'attention qu'à une sourie, Maria regarda la lune. Elle était vraiment belle, alors que le crépuscule se dessinait. Certes, ce n'était pas la Pleine Lune mais elle restait belle. Cependant, elle ressentit la même désagréable impression qu'en regardant l'épéiste. Finalement, elle se décida à prendre la parole.

- Je me nomme Maria. Gardienne de l'Équilibre, Paladin et Championne de Dieu...

Puis, après quelques instants, elle contempla de nouveau la personne qui lui faisait face, son regard teinté d'une forte flamme, brûlant de détermination.

-Quel est ton nom ? Est-ce toi qui, par ton existence perturbe ainsi le Divin ? Pourquoi ressens-je des ondes purement maléfiques venant de toi ? Je n'aime pas me battre, mais selon ta réponse... je me verrais contrainte de t'offrir le Repos Éternel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukihime Aëgis
Lead Impitoyable et Tyrannique
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Clash of the Lieges ~ The Heir of the Dark Moon and the God's Maiden !   Lun 6 Avr - 23:58



Tsukiyo n'aurait jamais songé que sa première mission en tant qu'Initiée serait aussi simple.

Cela lui avait fait un drôle d'effet, lorsqu'elle avait ceint son sabre Byakurai à sa ceinture, et qu'elle avait marché sous les torii à l'entrée du temple, d'être celle attendue par deux jeunes novice, et d'entendre la sentence rituelle qu'ils prononcèrent. "Nous suivrons les pas d'Himiko sur les terres de Manusya, nous entendrons chacun de ses mots, et nous apprendrons de chacun de ses gestes. Puisse-t-elle nous guider". Etre ainsi porteuse du nom d'Himiko, que prenaient toutes les prêtresses Imanaki qui sortaient du temple pour fouler les terres des hommes, lui avait fait monter les larmes aux yeux, mais elle avait prit sur elle, afin d'afficher l'air digne et assuré que l'on attendait d'elle. Etre appelée ainsi par Akio et Yuna, un frère et une soeur avec qui elle partageait tout entre novices encore une semaine plus tôt, avait été une expérience particulière, mais son sentiment le plus mitigé restait la déférence avec laquelle ils s'adressaient dorénavant à elle. En tant qu'Himiko, ils la vouvoyaient, lui donnaient les titres et suffixes de -sama qui lui revenaient de la part de novices, mais cela lui paraissait contre-nature, après avoir passé toutes ces années à se tutoyer et à tout se confier comme des égaux. C'était dans l'ordre des choses, car elle avait passé les épreuves et était devenue une Initiée avant eux, mais il lui faudrait un certain temps pour s'y habituer.

L'objectif de sa mission avait été simple : retrouver un antique sabre, nommé Kasaneru Tsumi, dont la malédiction n'avait cessé au cours des siècles d'amener ses porteurs à un destin funeste. Ainsi, l'arme s'était au fil du temps éloigné des terres de Kuon Teikoku, et non seulement portait-il mort et désolation sans raison, mais ses porteurs maudits sombraient de fait dans des replis inutiles de la Veille au lieu de rejoindre Naraku-Gati, le royaume de la mort de Tsukiyomi. De fait, les grands dirigeants du clan avaient jugé le temps venu de récupérer l'artefact et de le ramener dans les territoires sacrés d'Amaterasu, où il pourrait être surveillé, et ses pouvoirs utilisés à bon escient. Tsukiyo avait été surprise que la mission lui soit confiée, elle qui n'avait passé ses épreuves initiatiques qu'une semaine plus tôt et n'avait encore effectué aucune mission de son propre chef, mais elle n'avait pas osé émettre son interrogation : si le Maître et ses conseillés l'avaient jugée digne de confiance, elle honorerait leurs attentes.

De fait, accompagnée comme le voulait la coutume de deux novices, elle avait quitté le temple, descendu la montagne, et prit la mer pour quitter l'île de Varja. Malgré la déférence nouvelle de ses deux kohai, elle avait été heureuse de les avoir à son côté, car le voyage avait été long pour rejoindre les terres de l'Empire d'Abel, à l'autre bout du continent, et sans les connaissance en Latin d'Akio et géographiques de Yuna, elle aurait peiné à voyager seule. De plus, même si les trop ainsi envoyés en mission étaient toujours construit dans une optique de complémentarité des connaissances, être ainsi avec des gens qui lui étaient proches avait été d'un grand réconfort, une fois loin de tout ce qu'elle avait connu.

Retrouver le porteur de Kasaneru Tsumi n'avait pas été très difficile, une fois arrivé dans la région de la principauté du Galgados où il s'était réfugié. L'homme avait déjà attiré l'attention des autorités locales après une crise de folie et un carnage dans un petit village tout à l'Ouest, proche de la mer, et le plus dur au final fut de le retrouver avant les forces de l'Empire. Le porteur du sabre maudit, une fois acculé, tenta bien sur d'abattre ses poursuivants, mais il avait été étonnamment aisé à défaire, au point que Tsukiyo en fut même déçue. Tout ce chemin, et au final, pas même une véritable résistance. Elle n'était pas spécialement friande des combats à morts, loin de là, mais après des mois à anticiper et appréhender un combat sur le fil, contre un adversaire possédé par un sabre maudit qui amenait même le Maître du temple à envoyer Himiko, cette facilité subite lui arrachait plus de frustration que de soulagement en faisant retomber toute la tension accumulée.

Elle ne baissa cependant pas sa garde : il leur fallait maintenant entamer le chemin du retour, et composer avec les forces abéliennes dans le secteur. Car il était peu probable que l'armée mette bien longtemps à trouver le défunt homme libéré de sa malédiction, et encore plus improbable qu'elle ne soit pas au courant de l'existence du sabre et de sa part de responsabilité dans l'affaire. Or, malgré la réputation de magnanimité et de tolérance dont jouissait la jeune impératrice d'Abel, Tsukiyo doutait que ses soldats puissent rater le passage fort atypique de trois lanetiens en tenue traditionnelle à Hecate - le seul et unique passage dans la cordillère qui servait de frontière naturelle à la principauté du Galgados -, et le Chevalier du Ciel qui dirigeait sans aucun doute les troupes n'allait probablement pas laisser trois étrangers repartir avec une arme maudite une fois qu'ils auraient deviné le lien. Sur Gaïa, il n'y avait pas de coïncidence, et un Chevalier du Ciel savait cela mieux que bien des gens.

C'est pourquoi Tsukiyo se hâta de faire route vers Hecate, espérant traverser la cité-capitale avant que les forces abéliennes ne se lancent sur leurs traces et ne préviennent la ville. Hélas, elle fut déçue : moins de dix minutes après son arrivée dans la grande cité élevée sur les parois d'un ravin, au beau milieu de la cordillère, un "comité d'accueil" s'était déjà formé, avec à la tête des gardes, la dirigeante de la ville, Marina Daorland, Vice-Roi du Galgados. La jeune femme s'était montrée calme et raisonnée, appelant à un règlement pacifique du problème, mais Tsukiyo avait été ferme : le sabre appartenait au Lannet, et c'était aux instances idoines de s'en charger, pas à l'Empire. Elle traverserait donc cette ville d'une manière ou d'une autre, à la Vice-Roi de choisir si ses troupes l'escorterai ou si il lui faudrait passer au travers. Elle ne cacha pas qu'elle préférait éviter le conflit dans la mesure du possible, mais elle avait un devoir qui passait avant son opinion personnel : elle était Himiko du Temple Imanaki, et si Marina Daorland ne lui laissait pas le choix, elle n'hésiterai pas à faire ce qu'elle devait faire.

La dirigeante tenta alors de temporiser la situation, les invitant à résider un temps dans la tour de Tarth Lümen - une grande tour de marbre de construction elfique qui servait de château aux Vice-Roi du Galgados - le temps qu'elle puisse en discuter, non seulement avec Himiko elle-même, mais également avec les plus hautes instances de l'Empire, en l’occurrence l'Impératrice d'Abel elle-même. Jugeant que la jeune Daorland semblait digne de confiance - après tout, elle aurait pu se contenter d'envoyer son bataillon contre la bretteuse et ses deux novices - et connaissant la réputation de la très jeune Impératrice, Tsukiyo accepta, restant néanmoins à l’affût d'un piège. Mais comme nul ne fit mine de leur prendre leurs armes, et qu'ils furent traités à tous les égards comme des invités d'honneur, tout se passa sans accroc. Les trois Imanaki purent ce soir-là se restaurer comme ils ne l'avait plus fait depuis des mois, et Marina Daorland se révéla une hôte des plus agréables, une personne douce et intelligente avec qui ils discutèrent jusque tard dans la nuit. Finalement, ils se couchèrent dans les lits les plus confortables qu'ils aient connu, même si ils ne dormirent que d'un oeil. Du moins au début.

------------------------------------------

Tsukiyo fut la seule à se réveiller, avec un sursaut, en entendant une voix prononcer son nom juste à son oreille depuis les limbes du sommeil. C'était une voix profonde, très douce et grave, à peine plus élevée qu'un souffle, une voix qu'elle avait déjà entendue, sans être capable de se remémorer où.

*Himiko-sama...*

Elle ouvrit les yeux et se redressa d'un coup de hanche, genou gauche en appuis, pied droit devant, sa main droite déjà sur la garde de Byakurai tenu en position de Iai. Il n'y avait personne à ses côtés, mais elle sentait néanmoins une présence familière. Elle se relâcha aussitôt, et se ramena en seiza sur son lit, s'inclinant profondément devant l'endroit où, dans la Veille, se tenait l'esprit invisible.

- Fubuki-sama, veuillez pardonner l'impudence de ma réaction disgracieuse à votre appel.

Sans vraiment le voir, elle sentit une douce réprobation venant de l'esprit, et elle sut qu'il s'agenouillait devant elle. Sa voix, lorsqu'elle l'entendit à nouveau, paraissait venir de loin, et elle sut que le voile entre le monde des hommes et celui des esprits était ici juste assez affaibli pour que ses perceptions très sensible au surnaturel puissent lui permettre de capter la présence du kami.

*Himiko-sama, ce n'est pas bien de vous incliner ainsi devant moi. Vous êtes Himiko, non plus une simple novice. Ma seule raison d'être est de servir Himiko et d'instruire ceux et celles qui le deviendront. Il est déplacé de la part d'Himiko de me vouvoyer et de me donner un suffixe supérieur.*

La voix de l'esprit, comme toujours et malgré la distance spirituelle qui les séparait, faisait toujours à Tsukiyo l'effet d'une caresse de velours, d'une fourrure soyeuse et douce. Elle du se faire violence pour ne pas laisser cette voix surnaturelle emporter son esprit très loin de son corps et des réalités de l'instant, et l'idée de devoir tutoyer le kami qu'elle connaissait et respectait comme un maître depuis sa plus tendre enfance lui paru assez énorme pour s'y raccrocher comme d'une ancre. A dire vrai, de nombreuses prêtresses étaient secrètement amoureuse de l'inugami, et Tsukiyo ne faisait pas exception.

- Très bien... Fubuki-dono, donc, car tu fais néanmoins partie des assistants du Maître et du conseil décisionnel du temple. Par ailleurs, tu es un exemple et un idéal pour moi, comme pour tous les novices, depuis trop longtemps pour que je te désiste d'un suffixe au minimum équivalent à ma position. Cela te convient-il ?
*J'accepte humblement cet honneur, Himiko-sama. Toutefois, je n'eu l'audace de vous tirer de votre repos sans présente raison. J'ai bien peur que vos novices se soient éclipsés et ne soient actuellement plus en ces lieux.*

Les yeux d'azur de Tsukiyo valsèrent alors de la forme quasi-invisible de Fubuki aux lits d'Akio et Yuna : vides.

- Sais-tu où ils sont allés ? demanda-t-elle, faisant des efforts pour ne pas laisser percer son inquiétude.
*Que non point, car j'ignore le nom du lieu qui s'étend au-dela de cette porte, Himiko-sama. Je saurai cependant suggérer que vous l'ouvriez, afin de comprendre le sens de mes mots, qui ne saurait s'expliquer par la voix.*

Haussant un sourcil intrigué aux étranges paroles de l'esprit, la jeune femme descendit de son lit, gardant Byakurai au fourreau dans sa main gauche, et vint, ses pieds nues ne produisant aucun son sur la moquette épaisse, ouvrir la double-porte de la grande chambre qu'on leur avait alloué pour les prochains jours. Elle en restant sans voix.

Devant elle, en lieu et place du large couloir par lequel elle avait rejoint la chambre le soir-même, s'étendait... une vaste forêt, aux arbre millénaires gigantesque, où le crépuscule cédait doucement la place à la sombre paix de la nuit. L'ouverture de la porte créa un très léger appel d'air dans la chambre, un courant d'air doux faisant flotter le large kimono de nuit blanc qui entourant la miko, et les sons de la forêt emplirent le silence de la pièce.

- Qu'est-ce donc que cela ? souffla Tsukiyo, luttant pour trouver ses mots.
*Par mon humble expérience, je puis avancer qu'il s'agisse du domaine privé d'un être de ce que les occidentaux nomment la Veille. Si tel est le cas, il doit s'agir d'un être fort bon, car cet endroit semble sain et empli de vie. Une autre possibilité, plus étonnante au demeurant mais néanmoins plausible dans de telles circonstances, serait une facétie de l'Aeon Tawil Al-Tu'rm, le Seigneur des Portes. Ce qui s'offre alors à vos yeux, Himiko-sama, est un autre temps et un autre lieu, sur Gaïa... ou ailleurs.*
- Ailleurs ? lâcha la prêtresse, mi-intriguée, mi-inquiète.

Fubuki ne répondit pas, et Tsukiyo n'insista pas. Elle en avait comprit suffisamment, et deviné le reste, inutile de s'attarder sur ce qu'elle ne comprenait pas si l'esprit ne comptait pas lui en parler. Avisant un joli ruisseau quelques pas sur la gauche après la porte, elle prit le petit tas de tissu que formait son kimono traditionnel, et reprit :

- Tu n'as pas tenté de stopper Akio et Yuna ?
*Tenté j'ai, pour sur, Himiko-sama, mais vos novices n'ont hélas su entendre ma voix. Leur sang, j'en suis triste, n'est pas aussi fort que le votre.*
- Je vois. Et bien allons les chercher, ils méritent une petite leçon pour les remercier de leur vilaine curiosité.
*J'en conviens, d'autant que cela m'incombe en tant qu'assistant du Maître. Je suis néanmoins prêt à recevoir tout châtiment que vous jugez approprié pour mon échec à les retenir.*
- Ne sois pas...

... Ridicule, allait-elle dire, consciente qu'il n'était pour rien dans l'escapade surprise de ses deux amis, mais une idée germa aussitôt dans son esprit. Une idée fort peu raisonnable, qui aurait été même indécente si ç'avait été un autre humain, mais dans le cas d'un kami...

- ... Tout bien pesé, tu as raison, débarrassons-nous de cela tout de suite. Aide-moi donc à me laver, je voudrais faire ça vite.

Et avec ces paroles, elle se dirigea vers le ruisseau, d'un pas un peu plus rapide qu'au naturel car elle ne voulait pas qu'il la voit rougir. Elle regrettait déjà presque d'avoir dit ça. Presque.

*Comme il vous siéra, Himiko-sama.*

L'inugami avait répondu avec un naturel parfait, presque vexant, mais au fond, Tsukiyo était trop heureuse de l'occasion pour s'en soucier. Elle avait conscience que ce caprice était très déraisonnable et indigne, du point de vue qu'en auraient ses supérieurs, du statut qu'on attendait d'elle, mais ses sentiments étaient trop forts, et l'occasion trop belle, pour la laisser échapper. Et puis, si il y avait bien une partie qui était vraie, ce qu'elle devait se laver : Himiko ne foulait pas le monde sans se purifier auparavant, ce monde fut-il le Samsara, la Veille, le Naraku ou même une autre terre.

Ainsi, après avoir vérifier qu'il n'y avait bien personne d'autre dans les environs qu'elle et l'esprit, elle se dévêtit à côté du ruisseau - ce qui ne prit guère que le temps de dénouer la ceinture de son kimono léger - et se laissa couler dans l'eau douce. L'eau était fraîche, mais pas froide, et acheva de dissiper les derniers troubles du sommeil en plus de détendre quelque peu son corps rendu raide par l'inquiétude et l’excitation de la situation.

Après quelques secondes, elle se redressa, et l'inugami apparut à son côté, dans toute sa beauté inhumaine. Ses longs cheveux blancs qui lui avaient valu son nom ondulaient doucement dans la brise d'été qui soufflait légèrement, et son kimono rouge et blanc aux motifs floraux, rehaussé de plaques d'armures, de fourrure blanche et de deux sabres à la ceinture, ne semblait pas prendre l'eau alors qu'il se tenait avec elle dans le ruisseau. Le liquide rencontrait pourtant clairement son corps physique, celui-ci rompant le flux et créant des vaguelettes comme n'importe quel objet, mais ne semblait pas avoir de prise sur le tissu qui ne s'imbibait pas. Le visage du kami, semblant être l'incarnation de la beauté, était marqué par les symboles de sa race, et de l'éclipse de lune, présent de Tsukiyomi elle-même en reconnaissance pour sa dévotion.


Au premier abord, Tsukiyo fut un peu déçu qu'il apparaisse si sobrement, et surtout qu'il la regarde ainsi sans la moindre gène, alors qu'elle montrait là son corps nu. Puis elle remarqua que les yeux noisette du kami restaient obstinément braqués dans les siens, comme refusant de s'aventurer ailleurs. Les kami n'ayant guère de notions de pudeur, elle fut heureuse qu'il laisse ainsi un indice montrant qu'elle ne laissait pas totalement indifférent. Elle se permit même un sourire fugace, qu'elle se garda bien de lui montrer.

- Allons, dépêchons, nous sommes tout de même en territoire inconnu, lâcha-t-elle d'une voix autoritaire qui ne lui était guère coutumière, pour masquer sa joie mêlée de gène.

Elle n'était pas certaine d'avoir vraiment su faire illusion aux yeux de l'inugami plus vieux qu'elle de bien des siècles, mais il ne montra aucun signe laissant entendre qu'il l'avait perçue à jour. Au lieu de ça, il l'aida effectivement à se laver, et elle ne fut pas certaine de ce qu'elle en éprouva. Elle ne s'était jamais vraiment questionnée sur les sensations de la main d'un homme sur son corps, et même si l'acte n'avait rien de... bref, bien que ça ne dépassa pas certaines limites, elle restait une jeune femme, nue, dont le corps avait été en partie exploré. Son sentiment après cela était puissant, mais elle aurait été bien incapable de mettre un nom dessus. Hélas, elle n'était pas là pour batifoler, et comme elle l'avait dit, il fallait faire vite, elle n'eut donc guère le loisir de s'attarder dessus. Plus tard, en revanche, elle n'oublierai pas de revenir sur ces souvenirs à tout loisir. Plus tard.

Finalement, apparemment impassible, le kami l'aida à se sécher et à s'habiller également, avec des gestes précis et d'une lenteur presque cérémonieuse, mais néanmoins une efficacité mystérieuse qui la fit prête à partir en deux minutes à peine. Elle se sentait bien. Probablement mieux que jamais dans sa vie, à l'exception peut-être des nuits de nouvelle lune. L'astre qui se levait, hélas, était une demi-lune bien loin de son renouvellement, et la puissance qui investissait progressivement la prêtresse était limitée. Enfin, elle n'allait pas cracher dessus pour autant.

Soudainement, la voix du kami se fit à nouveau entendre, toujours calme comme l'eau, mais cependant non-dénué d'une certaine tension qu'elle ne lui connaissait pas.

- Himiko-sama, je sens une présence à une centaine de mètres en aval du cours d'eau.
- Akio ou Yuna ?
- Que neni, hélas. Je n'ai que rarement senti une présence aussi considérable, et elle possède l'odeur du Dieu Egoïste, père du Messie occidental.
- Domaine privé de la Veille ou facétie du Seigneur des Portes, il semble que quelque chrétiens nous ai donc précédé. Penses-tu qu'il soit sage d'aller voir si il sait où nous sommes ? Peut-être a-t-il aperçu Akio et sa soeur.
- J'en conviens. Toutefois, je vous enjoins à la plus grande prudence, les suivants du Dieu Unique peuvent être des plus radicaux avec ceux qui ne partagent pas leur foi.
- Oui, je sais. Pourrais-tu retourner sous ta forme spirituelle ? Si c'est un des fanatiques de l'Inquisition, je préfèrerai autant qu'il ne te vois pas.
- Je ferai selon vos désirs, Himiko-sama.

Et l'esprit, de disparaître à nouveau, son corps, puis sa présence s'effaçant comme on efface de la craie avec une éponge humide. Quelque peu perplexe, Tsukiyo se rendit compte qu'elle s'habituait un peu trop facilement à être le "supérieur" de Fubuki, alors que ce n'était pas tout à fait exact sur bien des points. L'attitude de l'esprit était surement une partie des raisons de ce comportement, mais la miko découvrait également cette tendance chez elle qu'elle n'aurait jamais soupçonné avant. Et à ses yeux, cela sonnait comme un défaut. Il lui faudrait corriger cela.

Attendant qu'il ai totalement effacé sa présence - même pour elle, malgré sa proximité et sa sensibilité naturelle aux esprits -, elle prit enfin la direction de l'aval du ruisseau, ses tabi produisant de légers bruissements en foulant l'herbe riche et vierge de feuilles mortes. Byakurai, à sa hanche, était tenu à l'horizontale, prêt à être dégainé à la moindre menace.

Finalement, après moins de deux minutes de marche à pas prudent, elle déboucha sur une grande clairière clairsemée d'herbes hautes qui lui arrivaient à la taille, brillant d'une lueur argentée à la lumière de la lune. Au milieu de la clairière se tenait une jeune fille, vraisemblablement plus jeune que Tsukiyo, peut-être même plus également qu'Akio et Yuna, portant une armure ajustée à sa taille, et aux longs cheveux blancs flottant au vent. Il émanait d'elle une sensation mitigée de calme et de tension, étrange et difficile à appréhender. Alors que Tsukiyo approchait à pas mesurés, toujours prête à dégainer mais restant aussi détendue et pacifique que possible, la petite parla tout en regardant la lune.

- Je me nomme Maria, Gardienne de l'Equilibre, Paladin et Championne de Dieu...

... Ah. Championne de Dieu ? Une si jeune fille ? Etait-ce là une prétention sans borne, ou bien était-elle quelque sorte de génie bénie par le Dieu Egoïste ? La deuxième option semblait la plus probable, compte tenu de l'aura qui entourait la demoiselle, et son armure sur-mesure qu'un simple caprice d'égo n'aurait pas pu payer. Ladite demoiselle se tourna alors finalement vers elle et reprit :

- Quel est ton nom ? Est-ce toi qui, par ton existence perturbe ainsi le Divin ? Pourquoi ressens-je des ondes purement maléfiques venant de toi ? Je n'aime pas me battre, mais selon ta réponse... je me verrais contrainte de t'offrir le Repos Éternel.

Beaucoup de questions, et peu qui soient agréables. Tsukiyo connaissait bien les méthodes et les pensées des fidèles du Dieu Unique, mais elle n'avait songé que cela puisse aller aussi loin dans la prétention...

- Je suis Himiko, du Temple Imanaki, Héritière de Tsukiyomi, et je tolère mal d'être insultée de la sorte, répondit la bretteuse, d'un ton qui se voulait neutre mais où perçait un soupçon d'irritation. Je ne saurai répondre à tes questions, car je chasse moi-aussi les choses maléfiques, et je n'ai pas encore eu à me chasser moi-même. Mais si cet endroit et ton monde, et que celui-ci n'est pas Gaïa, alors ma venue dans ces lieux à la suite de deux de mes compagnons est peut-être ce que tu nommes si typiquement "perturbation du divin", car nous nous sommes perdus en ces lieux. Encore que si tu pries le Dieu Unique, tout ce qui ne lui est pas soumis est sans doute considéré comme une... perturbation ?

Tsukiyo sentit clairement la vague de réprobation que Fubuki lui envoya via le lien qui l'unissait aux Imanaki, et elle devait admettre que sa réponse n'était pas des plus matures, mais elle comprenait également pourquoi tant de gens haïssaient le Dieu Unique et ses suivants. En deux phrases, cette enfant avait réussi à la faire presque sortir de ses gonds.

Sa main gauche, toujours posée sur le haut du fourreau de Byakurai, fit très légèrement pivoter de quelques degrés l'angle de l'arme, afin de faciliter le Iai en cas de besoin, mais sa main droite resta le long de son corps. De par son entrainement, ça ne changeait rien, sinon qu'elle ne donnait pas l'impression de vouloir dégainer.


Dernière édition par Van Gilder le Mar 7 Avr - 2:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nanoha-chronicles.forumactif.com
Ewilan Finnigan
Sale Gosse
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 02/04/2014

MessageSujet: Re: Clash of the Lieges ~ The Heir of the Dark Moon and the God's Maiden !   Mar 7 Avr - 0:59

Loin d'être inquiète par l'arrivée de cette jeune fille, Maria prit la peine de la détailler. Menue, elle était néanmoins plus grande qu'elle et était fort jolie. Il semblait se dégager d'elle une aura en somme toute particulière. Une aura que la Sainte ne connaissait que trop bien : la Bénédiction d'un Dieu. Mais lequel pouvait-il être ? En tout cas, ce n'était sans doute pas le Malin, comme elle avait pu le penser de prime abord. Non, c'était un Autre Être. Il ne s'agissait pas du Créateur mais nul doute que la jeune demoiselle était affilié à un Dieu. Il ne s'agissait plus que de savoir s'il s'agissait d'un Dieu Mauvais ou Bon.

Après tout, même avec toute la foi qu'elle accordait au Seigneur, Maria n'était pas sotte. De tout temps, il y avait d'innombrables Dieux, et le sien n'en était qu'un parmi tant d'autres. Détaillant calmement l'apparence de la personne qui se tenait devant elle, la Paladin nota la présence d'un sabre, de facture asiatique. Il s'agissait d'un katana, et de par son expérience, une arme faite pour tuer. Quant au reste de sa tenue, elle ressemblait vaguement à celle des Kunoichis qu'elle avait, il y a deux-cent ans rencontrés, lorsqu'elle avait affronté le Dieu Serpent.

Après de brèves paroles, stipulant les questionnement auquel elle se livrait, elle attendit patiemment la réponse de la jeune fille. Inutile de la brusquer plus que nécessaire, elle aurait ses réponses, à n'en point douter. De fait, c'est avec une tranquille assurance qu'elle plongeait ses yeux violets dans les iris de la mortelle, tandis que cette dernière prit enfin la parole.

- Je suis Himiko, du Temple Imanaki, Héritière de Tsukiyomi, et je tolère mal d'être insultée de la sorte.

Tsukiyomi. Cette réponse ne laissa pas de marbre la Championne du Divin, ce qui se vit à son regard, teint d'une légère surprise. Le Dieu Lunaire Japonais. Sœur de la Grande Déesse du Soleil Amaterasu, elle avait trahit cette dernière en tuant Uke Mochi. Depuis lors, la Lune et le Soleil n’étaient jamais ensemble. Voilà donc d'où venait cette perturbation. Cependant, Maria se reprit bien vite : elle n'aimait pas l'attitude de cette simple mortelle qui ne devait même pas avoir le centième de son âge. Cela se confirma par le regard dur qu'elle lui fit. Cependant, c'était plutôt la suite de ses paroles qui contrarièrent la Maiden.

Je ne saurai répondre à tes questions, car je chasse moi-aussi les choses maléfiques, et je n'ai pas encore eu à me chasser moi-même. Mais si cet endroit et ton monde, et que celui-ci n'est pas Gaïa, alors ma venue dans ces lieux à la suite de deux de mes compagnons est peut-être ce que tu nommes si typiquement "perturbation du divin", car nous nous sommes perdus en ces lieux. Encore que si tu pries le Dieu Unique, tout ce qui ne lui est pas soumis est sans doute considéré comme une... perturbation ?

L'air se fit plus lourd, à mesure que les paroles tombèrent dans les oreilles de Maria. Elle avait bien sentit la légère ironie qui teintait les paroles de cette Himiko. Plus particulièrement quand elle avait parlé de "Perturbation du Divin". Mais ce n'était pas ça qui avait le plus gêné la Chevelure d'Argent. C'était sa dernière phrase. Une phrase lourde de sens qui signifiait clairement qu'elle insultait Dieu ouvertement. Et ça, elle ne le tolérait. Pendant quelques instants, elle investit la plaine de toute son Aura Divine, faisant légèrement trembler la terre tandis que son corps se retrouvait investit d'un léger halo doré. Son regard était dur et fier, mais elle réussit à se contenir. Il ne fallait pas faire couler le sang inutilement.

- La technique du Iai, hein ?...

Ce n'était pas vraiment une question mais plus une information. Elle avait bien sentit le léger mouvement de la main d'Himiko. Et avec ses connaissances venant de deux millénaires, elle avait rapidement déduite qu'elle technique était la plus approprié à ce genre de posture. Elle voulait simplement qu'Himiko prenne conscience que ce mouvement ne lui avait pas échappé.

Ayant fermé les yeux durant toute sa prestation, elle finit par les ouvrir. Plus aucune trace de compassion dans ses yeux, tandis qu'elle promenait son regard sur le corps d'Himiko. Et c'est d'une voix tranchante et ne souffrant d'aucun débat qu'elle dit simplement :

- Par respect pour ton Dieu, je ne te ferais rien si tu pars sur le champ. N'ait crainte cependant, je partirais moi-même à la recherche de tes compagnons et les renverraient dans ton Monde. Bien que tu sois des plus impénitente, le Divin est clément envers les Êtres venus d'Ailleurs. Maintenant, prend ce portail pour revenir d'où tu viens... à moins que tu ne m'oblige à utiliser la force.

Joignant le geste à la parole, elle convoqua alors un portail doré. Ce dernier apparut après que la Prêtresse des Cieux tendit sa main vers le côté gauche d'Himiko, une douce lueur apaisante sortant de sa paume.

- Maintenant, fais ton choix, Héritière de la Lune...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukihime Aëgis
Lead Impitoyable et Tyrannique
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Clash of the Lieges ~ The Heir of the Dark Moon and the God's Maiden !   Ven 17 Avr - 23:49

Le déferlement de l'aura de la Championne de Dieu avait fait à Tsukiyo l'effet d'une douche froide. La puissance et la soudainement de l'attaque spirituelle lui causèrent un mouvement de recul, et sa main droite vint instinctivement chercher la garde de Byakurai, répondant par réflexe à l'agression. Trois choses firent qu'elle ne frappa pas : Tsukiyo sentit très fugacement Fubuki se mettre devant elle, filtrant de son corps spirituel l'écrasante aura de l'enfant ; Maria n'avait aucune garde ni même une arme en main, et elle ne faisait pas mine d'attaquer autrement qu'avec son aura, laissant entendre qu'il s'agissait seulement là d'un avertissement ; et finalement, Tsukiyo ressentait clairement dans cet aura quelque chose qu'elle n'avait jamais senti que chez ceux qui s'étaient élevés bien au-delà des limites des simples mortels : elle n'était pas de taille.

- La technique du Iai, hein...?

Tsukiyo se mordit la lèvre, devant le ton avec lequel la suivante du Dieu Egoïste avait dit cela. Une insulte de plus.

- Par respect pour ton Dieu, je ne te ferais rien si tu pars sur le champ. N'ait crainte cependant, je partirais moi-même à la recherche de tes compagnons et les renverraient dans ton Monde. Bien que tu sois des plus impénitente, le Divin est clément envers les Êtres venus d'Ailleurs. Maintenant, prend ce portail pour revenir d'où tu viens... à moins que tu ne m'oblige à utiliser la force. Maintenant, fais ton choix, Héritière de la Lune...

Et sur ces mots, elle évoqua d'une main un large portail de lumière ambrée. Impossible de voir où cela menait, mais alors qu'Himiko allait répondre, sa posture s'abaissant quelque peu vers l'avant et les yeux brillants de colère, le portail doré de la Gardienne de l'Equilibre explosa d'un coup, comme si il avait détonné de l'intérieur ! La prêtresse de Tsukiyomi n'eut que le temps de voir Fubuki apparaître physiquement et se jeter sur elle, et la seconde d'après, tout fut noir.

------------------------------------------

Shara poussa un soupir de lassitude à fendre l'âme, alors qu'elle achevait de démanteler le portail dimensionnel. Chose étrange, elle reçu en écho un soupir similaire, ce qui lui fit hausser un sourcil intrigué. Non, ce n'était un écho de sa propre voix, la tonalité était différente. Non, attendez, c'était l'emmerdeur à l'origine du portail qui venait de soupirer comme ça ? Vraiment ? Ben tiens, en voillà, uin sacré culot ! Non seulement le trouble-fête lui filait du travail, mais en plus il se permettait de SOUPIRER quand elle arrivait pour essuyer la merde ? Tiens, pour le coup, Shara avait hâte de voir sa tronche. Vivement la fin du processus. Le genre de "quatre ou cinq secondes" qui avait le don de sembler prendre dix ans.

Mais finalement, le portail fut entièrement dissipé, et Shara acheva de traverser elle-même sa propre porte dimensionnelle, qui épousa ses formes comme une combinaison moulante, avant de disparaître sitôt qu'elle fut passée. Ca lui faisait tout drôle, de travailler à nouveau en tant qu'agent de terrain, et elle irait presque jusqu'à reconnaître que son armure de God Killer lui avait manqué. Oh, elle avait bien la haine d'avoir été désistée de son rang de Matriarche et d'être rétrogradée temporairement au rang de simple "fonctionnaire", mais bon, si les huiles étaient pas vaches, elle retrouverait son poste rapidement. Tout ça pour une boulette vraiment conne... C'est vrai, quoi, elle aurait pas craché à la gueule de l'autre trou du cul d'émissaire Illuminati si il ne l'avait pas prise de haut comme ça. Putain de Duk'zarist, tous les mêmes. Tout dans les couilles, rien dans la tête, ça pense qu'au feu et ça se croit maîtres de l'univers.


Sortant de ses ruminations maussades, la God Killer daigna enfin balayer du regard la clairirère à moitié calcinée par la déflagration magique du portail. Oui, bon, certes, elle aurait pu faire plus fin comme travail, mais la flemme. On avait donc là... Un tas de chairs et de fringues, à priori deux personnes roulées en boule dans un coin, et une gosse à côté du portail.

Les yeux de Shara détaillèrent la gosse en détail tandis que tous ses systèmes analytiques se mettaient en marche. Epargnée par le temps, ancienneté plutôt décente, bénédiction divine de haut niveau, plusieurs titres et hauts-faits... Ouais, ok, en voilà une qui aurait surement été recrutée si elle avait été de Gaïa.

- Opérateur pour Shara, lâcha-t-elle d'une voix morne en activant d'une pression de l'index son module de communication inclu dans l'un de ses menus holographique qui apparut devant sa main, rapport d'incident : rupture dimensionnelle volontaire, causée par une Externe de haut niveau, affiliée à une équivalence divine "Big D".

Il y eut un silence d'une, deux secondes, puis Shara reprit, d'une voix irritée :

- Oui, "Big D", avec D comme Dieu ! ........ Comment ça "lequel" ? T'en connais beaucoup, des dieux tellements pétés d'égo qu'ils s'abaissent même pas à prendre un nom ?........... Oui, voilà, celui-là...... Oui, enquête en cours. Reçu. Terminé.

D'un click, elle coupa la communication, se retourna d'un mouvement de hanche qui fit chuinter quelques verrins de son armure, et hurla sa frustration en direction de la forêt, sous la forme d'une belle tirade pleine d'adjectifs édifiants. Finalement, elle se tourna à nouveau vers la gosse.

- Désolée, les ptits nouveaux à l'administration, ça connait pas ses dossiers par coeur et ça veut se la jouer professionnel... Bref. Shara Visnu, God Killer d'Imperium. Puis-je avoir votre identité, monde d'origine, et la raison pour laquelle vous vous permettez d'ouvrir ainsi des voies dimensionnelles externes vers notre juridiction ? Ah, et je précise, c'est pas une demande. Oh, et je précise aussi que j'ai le droit de vous botter le cul si vous obtempérez pas. Le protocole, tout ça...

Une main sur la hanche, elle termina sa tirade par un sourire plein d'un joyeu défi. Avec un peu de chance, la gosse allait pas accepté d'optempérer, et vu les première analyses, elle allait peut-être pouvoir offrir à l'Ex-Matriache-qui-allait-bientôt-le-redevenir un peu d'exercice. Quitte à avoir du bouger son cul, autant que ce soit pas que pour faire de la paperasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nanoha-chronicles.forumactif.com
Ewilan Finnigan
Sale Gosse
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 02/04/2014

MessageSujet: Re: Clash of the Lieges ~ The Heir of the Dark Moon and the God's Maiden !   Sam 18 Avr - 18:25

Maria était prête à agir avec diplomatie. Malgré les insultes de l'épéiste Himiko, si cette dernière se trouvait être raisonnable et partait au plus vite par le portail qu'elle venait de convoquer, elle ne dirait rien. Cependant, la vie semblait jouer parfois bien des tours, comme actuellement. Sans le savoir, Maria venait de créer une courbe dans son existence qui, jusque-là, était linéaire en convoquant son portail. En effet, tout juste quelques secondes après la convocation de son portail, ce dernier explosa, ou plutôt implosa. Elle avait bien sentit que quelque chose s'était produit, comme si une Entité qui était l'égal de son Dieu venait de lui interdire l'accès à ce monde. Ne pouvant s'empêcher de soupirer de lassitude, la Servante se contenta de se recouvrir d'un bouclier magique de puissance modérée, afin de ne pas subir la décharge qu'avait causé la destruction du portail. Malheureusement, il semblait qu'Himiko n'était pas intact, mais pas morte non plus. Quelque chose était apparu fugacement devant l'épéiste avant que la déflagration ne retentisse.

Un autre portail apparu, dévoilant une jeune femme aux cheveux courts. Bien vite, Maria obtint deux informations, grâce à son Regard. La première était que l'intruse était une femme tout ce qu'il y à de plus normal, une humaine qui ne dégageait rien de particulier. Enfin si, une chose, une quantité de d'énergie vitale, de Ki autrement dit ridiculement haute. Elle en avait même plus qu'elle. Fronçant les sourcils d'un air contrarié, Maria n'écoutait que d'une oreille distraite ce que disait l'inconnu tandis qu'elle se dirigeait vers le corps d'Himiko et de la créature qui venait d'apparaître.

- Opérateur pour Shara, rapport d'incident : rupture dimensionnelle volontaire, causée par une Externe de haut niveau, affiliée à une équivalence divine "Big D".

Tout en parlant, une sorte d'hologramme était apparu devant celle qui avait brisé le portail de Maria. De plus, elle semblait en savoir beaucoup sur elle, chose qui ne la surprit pas réellement. Après tout, si elle avait réussi à détruire son Portail, c'était bien un grand minimum. Après quelques secondes d'attente, tandis que Maria était enfin auprès d'Himiko, la jeune blonde reprit alors la parole.

- Oui, "Big D", avec D comme Dieu ! ........ Comment ça "lequel" ? T'en connais beaucoup, des dieux tellements pétés d'égo qu'ils s'abaissent même pas à prendre un nom ?........... Oui, voilà, celui-là...... Oui, enquête en cours. Reçu. Terminé.

Encore une insulte envers le Divin... Décidément, les gens d'aujourd'hui n'avaient aucune tenue. Plutôt que d'insulter le créateur de cette manière, ils devraient le remercier. Enfin, Maria avait bien compris que cette personne n'était pas non plus de ce monde. Selon toute logique, elle devait même venir de la même dimension qu'Himiko.

- Désolée, les ptits nouveaux à l'administration, ça connait pas ses dossiers par cœur et ça veut se la jouer professionnel... Bref. Shara Visnu, God Killer d'Imperium. Puis-je avoir votre identité, monde d'origine, et la raison pour laquelle vous vous permettez d'ouvrir ainsi des voies dimensionnelles externes vers notre juridiction ? Ah, et je précise, c'est pas une demande. Oh, et je précise aussi que j'ai le droit de vous botter le cul si vous obtempérez pas. Le protocole, tout ça...

Une seconde. Puis deux, puis trois. Maria engrangeait les informations obtenues de cette dénommée Shara dans sa Mémoire Parfaite. Ainsi, elle ne l'oublierait jamais. Cependant, la Championne du Créateur ne prit même pas la peine de lui répondre pour l'instant, analysant l'état de la jeune fille de la lune. Cette dernière était pas mal sonné, tout comme l'étrange créature aux cheveux argentés. Dirigeant simplement sa main vers les deux pauvres blessés, elle entreprit de diffuser une lumière agréable et apaisante sur eux, via sa main. Il s'agissait en fait d'un sort de guérison mineur, tout juste assez pour avoir la conscience tranquille. Ils devraient se réveiller bientôt.

Tout en se levant, Maria, dos à Shara diffusait son aura autour d'elle. Cette fois-ci, c'était cependant différent. Il ne s'agissait pas d'un avertissement, mais de quelque chose de bien plus dangereux, quelque chose que même un idiot comprendrait : une implacable soif de sang.

- Maria, Gardienne de l'Équilibre, Paladin et Championne de Dieu...

Cette fois, son ton était bien plus amer que lorsqu'elle s'était adressé plus tôt à la pauvre Himiko. Une voix tranchante, dure et puissante. Puis, tout en se tournant vers l'humaine aux cheveux blonds qui venait de lui adresser la parole, elle reprit alors, diffusant son écrasante présence tout autour de la zone calcinée.

- God Killer... Voilà un nom bien prétentieux... Sache, misérable que je n'ai de comptes à rendre qu'au Créateur, et que, au-delà des insultes proférées précédemment par ta personne, tu viens de blesser une personne innocente venant de ton monde.

Désignant alors rapidement les corps d'Himiko et de son compagnon à ses pieds, elle reprit alors, marchant lentement vers la jeune femme qui venait de provoquer son courroux.

- Pour toi... il n'y aura ni Pardon ni Repos Éternel.

Rien. Il n'y avait plus rien, à l'endroit même où se tenait la Gardienne au moment de finir sa phrase. Comme si elle n'avait jamais existé. Que s'était-il passé exactement ? En fait, Maria venait d'exécuter une sort de très haut niveau, nécessitant une maîtrise magique exemplaire : elle venait de se téléporter, directement dans l'angle mort de Shara. De plus, sa main était déjà en contact avec le crâne de la jeune femme, qu'elle envoya voler quelques dizaines de mètres plus loin d'un mouvement sec du poignet.

- Maintenant pars... ou je te tuerais.

Six mots, prononcés simplement, mais porteurs de mort. Une promesse...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukihime Aëgis
Lead Impitoyable et Tyrannique
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Clash of the Lieges ~ The Heir of the Dark Moon and the God's Maiden !   Sam 18 Avr - 19:46

La gamine avait fait mine de ne pas écouter Shara alors qu'elle récitait sur le ton du par-coeur les quelques phrases protocolaires. Plus deux ou trois ajouts de son cru. La God Killer laissa même faire quand la toute divine se baissa pour soigner les deux de Gaïa : si elle voulait jouer la bonne samaritaine avec des blessés légers, c'était son problème.

Les choses intéressantes commencèrent deux secondes plus tard, lorsque la petite se releva, et fit éclater son aura meurtrière dans toute la clairière, aplatissant les hautes herbes et faisait perdre quelques degrés à la température ambiante. Heh, pas trop mal.

- Maria, Gardienne de l’Équilibre, Paladin et Championne de Dieu...

... Ouais, Maria quoi. Shara répondit d'un bâillement exagéré, à peu près aussi concernée par l'aura de puissance de la gosse que par les caractéristiques du vol du coléoptère en milieu aride. On ne devenait pas God Killer si on était pas au minimum capable de se rendre insensible aux auras de combat, tous statuts confondus, après tout.

- God Killer... Voilà un nom bien prétentieux... Shara haussa les épaules en réponse. C'est pas elle qui avait choisi, au fond. Sache, misérable que je n'ai de comptes à rendre qu'au Créateur, et que, au-delà des insultes proférées précédemment par ta personne, tu viens de blesser une personne innocente venant de ton monde.

La God Killer haussa un sourcil intrigué. Gnié ? De quoi elle causait, la gnome ? Voilà qu'elle l'accusait ELLE d'avoir mis kapout deux branleurs qui n'avaient rien à foutre en dehors de la frontière - soit la procédure conventionnelle - et de les secouer un poil à cause de l'explosion du portail illégal que la gosse avait elle-même ouvert ? Ah, c'était pas mal ça, on lui avait jamais faite !

- Pour toi... il n'y aura ni Pardon ni Repos Éternel.

Et soudainement, elle disparut. Ou plutôt, elle se téléporta, comme le lui indiquèrent aussitôt ses senseurs. Sort de magie, tiens. Mécaniquement, elle invoqua Haima et sacrifia une quantité minime de sang, juste de quoi voir ce qui allait suivre, surtout au cas où ça viendrait de derrière. Et ça vint de derrière, bien sur. Bah ! C'était d'un classique.

L'impact suivit l'instant suivant, pas vraiment destiné à infliger de sévères dégâts, mais plutôt à propulser violemment Shara vers l'avant. Le corps de la jeune femme partit au quart de tour, comme frappé par une force énorme, et alla s'écraser sur les premiers arbres qui formaient l'entrée de la clairière, projetant en tout sens bois et échardes.

- Maintenant pars... ou je te tuerais.
- Ouais, ouais, ma parole t'as vraiment une grande gueule pour une nabote pareille.

La voix de Shara venait de l'endroit où son corps s'était tenu une poignée de secondes plus tôt, avant d'être frappé par Maria, et son ton était un tantinet... ennuyé, avec un soupçon d'irritation. L'instant d'après, le corps de Shara qui avait été propulsé se désagrégea en une ombre de sang, et la véritable God Killer, qui n'avait pas bougé, reparut alors que cette ombre revenait à elle comme un nuage vermeille. Shara, elle, avait déjà entamé son mouvement suivant : se baissant un tout petit peu sur ses jambes, elle se laissa aller en arrière d'un léger coup de hanches, faisant passer à droite de son visage la main jusqu'ici posée sur sa tête. La fraction de seconde suivante, sa main gauche s'empara du poignet ainsi tendu avant qu'il ne se rétracte, et la God Killer pivota violemment sur sa droite, envoyant son coude droit au jugé à hauteur du sternum de la gamine impertinente, rehaussant son coup de juste assez de Ki pour produire un Impact de Force. Chacun son tour d'apprendre à voler, salope.

La sensation du choc fut étrange, probablement due à un quelconque bouclier surnaturel, mais ça n'avait pas d'importance. C'était juste histoire de lui rendre la politesse. Alors que la gamine giclait à son tour à quelques dizaines de mètres, Shara, qui n'avait au final toujours pas bougé de sa position, se redressa, main sur la hanche, affichant clairement qu'elle n'avait pas l'intention d'enchaîner après cette attaque, mais son regard se fit dur à son tour, et le ton de sa voix se fit réprobateur.

- Vu que t'as pas l'air d'avoir saisi, je vais clarifier deux-trois trucs : JE suis ici en tant que représentante d'Imperium, Grande Puissance régissant Gaïa, et le portail que tu as créé peut ouvertement être déclaré comme une violation de nos territoires. Refuser d’obtempérer à l'enquête et, à plus forte raison, s'en prendre à un agent d'Imperium, revient pour ainsi dire à une déclaration d'agression ouverte envers Imperium. Comme il faut croire que Big D et ses larbins se sentent vraiment pas péter quel que soit l'univers, on va faire ça simple : soit on se fout sur la gueule, toi et moi, pour des raisons personnelles et comme des grandes personnes, soit tu le fais pour ton Dieu à la con, auquel cas on lance une bonne vieille Guerre Divine des familles. Avec un peu de chance, ça nous occupera une journée ou deux, si on laisse traîner. Y aussi l'option où tu t'excuses et où on reprend le protocole classique et pacifique, mais honnêtement, ça me ferait chier. Personnellement, je préfère les bons duels de à l'ancienne.

Et sur ces mots, elle commença à accumuler du Ki, faisant apparaître son aura rougeoyante tourbillonnant autour d'elle. Rien à voir avec l'aura de combat de la gosse, ce n'était là qu'une conséquence naturelle de sa puissance brute, absolument pas destinée à frimer ni à en imposer. Un peu comme la différence entre une épée de soldat et une lame d'apparat...

- Maintenant choisis, laquais du dieu sans nom. Te battre pour toi, pour ton dieu, ou pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nanoha-chronicles.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Clash of the Lieges ~ The Heir of the Dark Moon and the God's Maiden !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Clash of the Lieges ~ The Heir of the Dark Moon and the God's Maiden !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Clash 2011
» [TV] Lalanne, Naulleau le clash chez Ruquier !
» Clash 2011
» Clash of Giants I & II- GMT
» Cyprien clash Cortex !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nanoha Chronicles :: Fate :: Fate 2nd Requiem Arena-
Sauter vers: